CLOU - MAGAZINE

NUMERO 24 - DECEMBRE 2010
PAGE 1

SOMMAIRE

EDITORIAL - TATA NANO (Cette page)
Les News : CLOU-MAGAZINE CHEZ LES SOVIETS  (Page 2)
LES POUBELLES DE L'HISTOIRE : AMC GREMLIN (Page 3)
AVENTURES SUR QUATRE ROUES : DE MUNICH A MONACO EN BMW M5 (Page 4)

 


EDITORIAL - APRES LA CRISE...

Tous les experts d'accordent à considérer que la crise économique est désormais derrière nous.

Bientôt, le temps de l'exubérance et du délire créatif va revenir, ce que l'équipe de Clou Magazine attend avec impatience. En effet, les comparatifs de monospaces diesel n'entrant pas dans notre culture, nous avons besoin de grain à moudre pour remplir ces quelques pages.

En attendant que les beaux jours reviennent et que la neige fonde, nous restons malheureusement sur un numéro consacré au lamentable et au dérisoire : Tata, en qui certains visionnaires voyaient un nouveau géant de l'automobile, voit s'envoler en fumer ses rêves de domination, tandis que le volontarisme politique d'un petit pays proche du nôtre nous fournit une vision inquiétante de l'avenir. Enfin, en nous tournant vers le passé, nous nous rappelons que l'Oncle Sam savait parfois nous faire rire quand il s'agissait de copier le style européen.

Nous ne pouvions pas vous laisser sur une note aussi sinistre pour la fin d'année... Aussi l'aventure qui prendra place à la quatrième page sera un confortable voyage du prince Leopold de Bavière en BMW M5... un peu de prestige ne peut pas nuire.

 

Laurent Bunnik

TATA NANO : BURNING AMBITIONS.

Sous le nom cocasse de Tata se cache un vaste conglomérat industriel, qui est venu tardivement à l’automobile en construisant d’anciens camions Mercedes sous licence, et en inondant l’Asie et l’Afrique de ces rustiques engins. Ensuite, Tata produit une gamme de pick-ups et de 4x4, puis une insipide citadine Indica qui faillit bien connaître une petite carrière en Europe sous le badge Rover, juste avant la faillite de la marque britannique.

Cette gamme hétéroclite et un rien décalée sous nos yeux occidentaux, a pourtant permis à Tata de générer une montagne de cash lui permettant d’accéder à de plus hautes ambitions.

A l’extrémité supérieure de la gamme, le rachat de Jaguar et Land Rover lui permet d’afficher une crédibilité sur la scène internationale (Nous aurons certainement l’occasion d’y revenir dans pas longtemps)… tandis qu’à la base, Tata présenta il y a quelques années la Nano, la voiture à 2500 euros qui devait motoriser les masses.

Dotée d’un moteur de débroussailleuse et de roues de chariot à bagages, l’engin abrite quatre vraies places sous une carrosserie moderne, mais assez mal protégée.

Une Nano flambant neuve, 45 minutes après sa sortie de la concession !  
Mais le prix attractif pour des prestations « nécessaires et suffisantes » devait emporter l’adhésion de la clientèle. Après quelques péripéties (Il fallut attendre que quelques vaches sacrées dégagent le terrain), une usine dédiée fut construite et une version européenne de la petite merveille fut même promenée dans quelques salons de l’auto.

Près de trois ans après le lancement de projet, et après dix-huit mois de commercialisation, nous apprenons que la Nano se vend à la cadence effrénée de 500 voitures par mois, notamment suite à une série d’incendies spontanés dûs à un circuit électrique défaillant (Un héritage de la culture britannique, sans doute…).

Rassurons le public : aucune victime n’est à déplorer suite à ces incidents, la faible vitesse ainsi que les quatre larges portes permettant aux occupants de s’enfuir rapidement dès qu’une odeur de plastique fondu se fait sentir.

Enfin, le constructeur estime qu'il garde toute confiance dans son produit, qu'aucun rappel ne sera effectué. En effet, la cause du dernier incendie aurait été dû à un objet étranger dans le conduit d'échappement (un sandwich au poulet-curry oublié par un ouvrier sur la chaîne, en fait), et ne remet donc pas en cause la qualité de fabrication.
Toutefois, afin de rassurer la clientèle, une garantie de quatre heures (ou de deux kilomètres, au choix), sera proposée.
Un coup de polish et elle repart !
  Gérard Piquassiette

PAGE SUIVANTE -->

RETOUR MENU ARCHIVES CLOU-MAGAZINE

RETOUR MENU PRINCIPAL

 

POUR ME DONNER VOTRE AVIS, VOS SUGGESTIONS, VOS REACTIONS, CLIQUEZ ICI !

Tous les textes de CLOU-MAGAZINE sont sous copyright de Laurent Bunnik et ne peuvent être reproduits sans l'accord de son auteur (Au cas où cela intéresserait quelqu'un !).