CLOU - MAGAZINE

NUMERO 25 - JANVIER 2011
PAGE 2

BIEN-PENSANCE : COMMENT AMELIORER LA QUALITE DE L'AIR
par le Professeur Destroy

 

Nous venons d’apprendre le politiquement-correct projet d’interdire certains centre-ville aux anciens véhicules diesel, ainsi qu’aux 4x4... C’est-à-dire, pour faire court, d’un côté sanctionner ceux qui ne peuvent pas rouler autrement (Parce que quand on roule dans un vieux mazout, style Peugeot 305 ou Opel Kadett, ce n’est pas pour le plaisir !), et de l’autre, ceux qui affichent leur volonté de rouler différemment. J’ajouterais pour l’anecdote, une catégorie minoritaire, voire rarissime en ville, les péquenots en Lada Niva ou Nissan Patrol.

L’objectif avoué étant d’améliorer la qualité de l’air en ville, nous suggérons au gouvernement d’aller plus loin et de s’attaquer aux plus nombreux des émetteurs de CO2, à savoir les citadins eux-mêmes.

Il suffit de prendre les transports en commun aux heures de pointe pour comprendre ce que je veux dire. Non seulement, la respiration simultanée d’une centaine de personnes dans un espace clos « pompe l’air », suscitant agressivité, animosité pouvant aller jusqu’à la violence physique, mais de plus, la qualité des émissions est, par expérience, vraiment médiocre.

Or non seulement rien n’est fait pour améliorer la situation, mais les émissions humaines ne sont même pas mesurées. On voudrait nier l’ampleur du problème qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Le cauchemar des écologistes, Paris !  

J’ai moi-même fait des études sur la question, dans un premier temps pour améliorer mon propre cadre de vie et celui de mes amis et collègues, mais je pense qu’il est temps de faire profiter au plus grand nombre mes propositions.

La composition de l’haleine est, selon nous, la première source de nuisance : les émanations gazeuses issues de résidus gastriques acidifient l’atmosphère, contribuant à produire le teint jaunâtre qui caractérise les citadins. Cette production de gaz délétères augmentant avec l’âge, il serait bon de traiter spécifiquement nos aïeux en les envoyant à la campagne (entre une usine d’incinération et un élevage de poulet, cet inconvénient passera inaperçu).

Deux autres catégories de nuisances peuvent faire parfois rire le bon peuple, mais n’en constituent pas moins de cas à traiter : les flatuleurs, qui ont appris à exercer leur art en silence pour passer inaperçus, mais arrivent à produire plusieurs litres de gaz par jour au détriment de l’atmosphère de leurs voisins (et qui en tirent souvent une satisfaction secrète, les misérables !), et les alcooliques avancés, qui suintent par tous leurs pores les substances ingérées.

Bien évidemment, je garde le meilleur pour la fin, je parle des fumeurs qui, malgré une réduction de leur nombre et de leur périmètre, poursuivent leur action destructrice. En ce qui concerne ces derniers, des actions ont déjà été entreprises, je l’admets. Mais nous sommes loin d’avoir réglé l’étendue du problème.

 

Le rêve des écologistes, Paris !  

Donc, je propose que notre gouvernement, avec l’esprit de progrès, le souci du bien public, la volonté et le courage qui le caractérisent, mette en place les mesures suivantes

- contrôle technique annuel avec mesure des émissions

- apposition d’une pastille sur le front des pollueurs, au-delà d’un certain taux qui sera fixé par décret

- restriction de circulation pour les plus gros pollueurs (Interdiction de circuler en ville, d’approcher un enfant de moins de cinq ans, de se reproduire…)

- dans les cas extrêmes, une mise à la casse pourra être ordonnée par les autorités.

Voilà, messieurs les hommes politiques, notre contribution au débat sur la qualité de l’air, et nous ne doutons pas que cela vous permettra d’élaborer les mesures adéquates. Nos enfants vous en remercient par avance !

Ne nous leurrons pas, le traitement des "pue de la gueule" nécessitera du courage et des moyens de protection adaptés.  

PAGE SUIVANTE -->

RETOUR PAGE PRECEDENTE

RETOUR MENU ARCHIVES CLOU-MAGAZINE

RETOUR MENU PRINCIPAL

 

POUR ME DONNER VOTRE AVIS, VOS SUGGESTIONS, VOS REACTIONS, CLIQUEZ ICI !

Tous les textes de CLOU-MAGAZINE sont sous copyright de Laurent Bunnik et ne peuvent être reproduits sans l'accord de son auteur (Au cas où cela intéresserait quelqu'un !).