CLOU - MAGAZINE

NUMERO 27 - MARS 2011
PAGE 1

SOMMAIRE

SPECIAL SALON DE GENEVE 2011

EDITORIAL - EN DIRECT DU SALON DE GENEVE + CLOU D'OR : DE TOMASO (Cette page)
SALON DE GENEVE CLOU D'ARGENT : LA GAMME LANCIA  (Page 2)
SALON DE GENEVE CLOU DE BRONZE : GREENTECH (Page 3)
PRIX SPECIAL DE L'INNOVATION (OU PAS) : FERRARI FF (Page 4)

 


EDITORIAL - EN DIRECT DU SALON DE GENEVE

Sous les coups conjugués de la récente crise et des nécessités de bonne conscience écologique, la qualité des dossiers de presse et des documents distribués lors de ce salon régresse jusqu'à la portion congrue (en même incongrue parfois). Ainsi, Ronny Rammelback, le logisticien de notre équipe, qui devait louer des véhicules de plus en plus gros pour ramener la matière première dans les années 2000, pourra-t-il venir l'an prochain en Smart sans rencontrer de problème de surcharge. Même la nourriture offerte par les constructeurs aux vaillants travailleurs de la plume se fait de plus en plus rareet surtout, de plus en plus ordinaire.

Par ailleurs, des centaines de sites web du monde entier recopient les communiqués de presse à la virgule près et en temps réel, ce qui, je l'avoue, retire beaucoup du charme de notre beau métier.

Mais, dans cette ambiance, les projets des firmes automobiles restent nombreux et ambitieux, fournissant notre ration de Clous pour la saison.

Car vous l'avez noté, il n'y a qu'un seul et unique Clou Magazine !

Cette année, les clous d'or, d'argent et de bronze, auront chacun leur page (plus une supplémentaire !), afin de mieux détailler la cloutitude, et ainsi servir d'exemple aux autres.

Bonne lecture.

Laurent Bunnik.

CLOU D'OR : DE TOMASO DEAUVILLE.

La déception (voire la consternation) de beaucoup de nos confrères n'avait d'égale que notre joie devant ce monument élevé à la gloire de nos clous passés et présents !
En effet, le bien nommé Rossignolo (déjà auteur du projet mort-né Isotta Fraschini il y a quinze ans) a trouvé quelques fous furieux pour investir dans la résurrection d'une marque prestigieuse disparue, cette fois-ci De Tomaso. Nous apprenons aux incultes, et rappelons aux autres, que De Tomaso se distinguait par l'élégance de ses carrosseries et ses motorisations imposantes d'origine américaine.
Bon, côté V8 de généreuse cylindrée, nous savons que la fête est finie... reste le style pour se distinguer. Pour ne pas rater cette partie délicate de l'opération, il sera fait appel au maestro Pininfarina. 
Et là, comment dire... Le résultat, vous l'avez sous les yeux. Cette montagne de saindoux aux proportions grotesques, avec ses petites vitres de custode factices (afin que le propriétaire, enfoncé à l'arrière, ne puisse être reconnu), c'est bien la De Tomaso Deauville by Pininfarina !
L'aménagement intérieur très ordinaire, ainsi que l'habitabilité limitée, interrogent quant à la clientèle recherchée, BMW, Infiniti et Audi ayant déjà fait la preuve qu'ils maîtrisaient le sujet du crossover et de la berline luxueuse sans attendre de leçon de qui que ce soit..

La Deauville est ici sur le stand Pininfarina... oui, oui, le même Pininfarina !  
   
Gédéon Lenfoiré  

PAGE SUIVANTE -->

RETOUR MENU ARCHIVES CLOU-MAGAZINE

RETOUR MENU PRINCIPAL

 

POUR ME DONNER VOTRE AVIS, VOS SUGGESTIONS, VOS REACTIONS, CLIQUEZ ICI !

Tous les textes de CLOU-MAGAZINE sont sous copyright de Laurent Bunnik et ne peuvent être reproduits sans l'accord de son auteur (Au cas où cela intéresserait quelqu'un !).